• #MonsLivre2017 : rencontre avec Martine Roland

    #MonsLivre

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ?

    J'écris depuis toujours. L'adolescence était un âge chahuté et j'étais très littéraire pour m'évader, j'ai commencé à écrire de la poésie et des petits textes.
    Mon mari est décédé en 2012, et ça a été un élément déclencheur. Je me suis mise à écrire des romans, et en 2016 j'ai présenté à l'édition un thriller psychologique noir. Il s'agit du portrait d'un psychopathe meurtri.

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ? 

    J'écris des genres différents.
    Mon premier livre est d'un style coupant, mais avec une écriture classique. 

    Le deuxième par contre est composé de plus de dialogue, avec une écriture fluide et belle, on est porté par  le  souffle de l'histoire. 

    J'essaie de varier et de m'améliorer.

    Des projets ? 

    Un livre pour "adulescent" avec un personnage qui n'est pas "net", déstabilisant mais quand même humain.

    Parlez-nous de votre livre "C'est un secret entre nous".

    C'est la naissance d'un psychopathe. On le suit de ses 3 ans à ses 9 ans. Alban est né d'un viol, mais il vit avec sa mère qui l'a accepté malgré tout. Toutefois il y a de l'inceste entre eux.

    On découvre le parcours de ce garçon perdu qui évolue entre amour et haine, de la délinquance au meurtre.

    On fait également connaissance avec deux personnages importants pour Alban. Betty, rencontrée en primaire et qu'il recroise plus tard ainsi que Sylvain, le garde forestier. 

    L'histoire se passe dans les Ardennes. Et il faut savoir que certains passages sont dures et crus. 

    Je l'ai écrit en 5 semaines avant de le retravailler pour le proposer à un éditeur. 

    Résumé éditeur :

    Alban est le résultat d'un viol crapuleux que sa mère a subi à l'âge de 16 ans.  Elle n'avait rien confessé à quiconque et a voulu élever son enfant toute seule.  Mais elle portait en elle une haine féroce qui a dévié sur un comportement incestueux avec son petit garçon, devenu progressivement enfant, puis adolescent, puis jeune adulte...Un jour, le cadenas de cette prison plus qu'ambiguë s'est fracassé, et Alban a quitté sa mère pour voler de ses propres ailes.

    Mais le mal était fait et les démons reviennent sans cessse le tourmenter dans son esprit et dans sa chair inassouvie, et il sombre très vite dans des actes criminels répétés inacceptables, insoutenables, voire ignominieux, toujours secondé et servi par son âme damnée, « Momo », qui croit  le rejoindre,   mais reste toujours, malgré lui, sur la touche.

    Ce thriller haletant, très bien mené, offre toutefois au lecteur des moments de vraie respiration ; celui-ci a le sentiment d'une lueur dans toute cette obscurité, mais le Destin poursuit implacablement son œuvre destructrice dans la vie d'Alban, marquée au fer rouge par l'horreur et l'indicible de ses premières années.  Que devra-t-il accepter, ou plutôt subir, pour réparer les dégâts d'une vie aussi déchirée  ?

    Parlez-nous, maintenant de Novaya Era.

     

    Ce livre est sorti en avril 2017. C'est un thriller sociopolitique qui se passe dans les pays Baltes. 

    J'essaie de mettre en évidence la minorité russophone présente en Lettonie où il sont considérés comme des non-citoyens.

    Novaya Era, mouvement communiste nostalgique, au cœur de Riga en Lettonie. Son leader, Valdis, fantasque et utopiste, vivant dans la micronation d'Uzupis au sein de la capitale lituanienne. Une Occidentale en voyage, Line Darsan, syndicaliste convaincue, épouse désenchantée d'un fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères et mère marquée par le deuil de son enfant, tombe sous le charme et la fascination du jeune Valdis. De la passion à l'aveuglement, Line rentre dans un monde fragile et menaçant, encore empreint des relents contradictoires d'un passé totalitaire.

    Parmi tous vos personnages, lequel préférez-vous ? 

    Alban Soquet, bien que j'aime aussi Valdis.

    L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes assises et intérieur

     

     

    Et côté lecture, que lisez-vous?

    Je lis moins depuis que j'écris, mais j'aime beaucoup les livres de Fred Vargas. Ou "La peau de l'ours" de Joy Sorman.
    Et j'aime beaucoup les livres ésotériques, concernant les EMI (ndlr : expériences de mort imminente).

    Si j'avais une baguette magique, quel écrivain aimeriez-vous voir apparaître ?

    Emile Zola et Fred Vargas.

    Un petit mot sur le salon ? 

    C'est la deuxième fois que je viens. Je suis contente de partager ma table avec Yasmina Bouko.

    J'apprécie beaucoup les différentes rencontres et les échanges avec le public.

     Page auteur


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :