• Présentation de "Trémor", par son auteur, Athane Adrahane, à Mons, le 2 octobre 2016

    C'est dans les locaux de l'ASBL "Le Coin aux Etoiles"  qu'Athane Adrahane nous a convié ce dimanche pour nous présenter son recueil de poésie, Trémor.

    C'est donc avec sincérité et amitié que je remercie Florian Houdart  et Ombre Louve pour m'avoir convié à cette présentation.

    Bien que Trémor soit le premier recueil de poésie d' Atthane Adrahane, ce n'est pas, pour autant, son premier livre.  En effet, Athane a déjà publié un essai philosophique, "La conscience magique". Etant lui même écrit dans un langage assez poétique, il est logique de la retrouver dans le registre de la poésie.

    Présentation de "Trémor", par son auteur, Athane Adrahane, à Mons, le 2 octobre 2016

    Florian : Comment est venue l'idée de ce titre, Trémor ?

    Athane :    Au départ, le livre s'appelait "Le chant du Roc", mais en me relisant, je trouvais que cela ne correspondait pas. Ce récit est né d'une longue fréquentations de la montagne, et cela impose une relation à soi exigeante où écrire est salvateur.
    Le langage se réinvente sans cesse, et la poésie est un lieu où l'on retrouve ce langage.

    Un trémor est un séisme volcanique, je trouve que ça correspondait bien au fait que pour écrire, on plonge en soi, et cela fait remonter des émotions parfois fortes. La poésie doit servir mettre des mots sur ces non-dits.

    Contrairement aux apparences, je n'ai pas facile à écrire, mais cela m'aide à soigner mes blessures.

    F : D'où vient ce nom d'auteur ?

    A :  Il comporte beaucoup de résonances. Et il peut signifier autant de choses différentes qu'il y a de personnes qui le prononcent.

     

    Présentation de "Trémor", par son auteur, Athane Adrahane, à Mons, le 2 octobre 2016

     

    F : Quel est, selon toi, le rôle du poète à l'heure actuelle?

    A :  La poésie fait la lumière sur énormément de blessures. Elle permet de les penser et de les panser tout comme elle nous pousse à nous interroger sur notre rapport au monde

    En philosophie, on privilégie la rationalité, mais être trop rationnel peut poser problème. Il est important de garder un regard proche de l'enfance.

    F : Quelles sont tes influences en poésie ?

    A :  

    • Rimbaud
    • Baudelaire
    • Patti Smith

    Et beaucoup de chansons françaises.

    F : Tu évoques régulièrement la musique et la danse, que représentent ces deux arts pour toi ?

    A : J'ai toujours aimé danser, il est donc naturel, pour moi, de danser avec les mots. C'est trés important, car dans la montagne, même le silence comprend beaucoup de musique. 

    F : Quels sont tes plus grands combats ?

    A : Je souffre beaucoup de l'état du monde, je suis très sensible. On vit de plus en plus dans une société de non partage, or, j'ai toujours été soucieuse du partage.

    Mon premier combat serait un monde où chaque être peut emmettre son souffle. C'est pour cela qu'il est important de communiquer, et de nourrir spirituellement la jeunesse.

    Mais... des combats, il y en a beaucoup.

     

    Merci beaucoup à Nathalie pour la photo

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :