• L'homme et la femme Poloverdo avaient un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c'est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d'être rabattues par les rafales de vent, et s'appelait Paolo. Paolo Poloverdo.

    C'est lui qui vit venir l'homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de janvier. Cette fois-là, ce n'était ni un géologue, ni un marchand de voyages, et encore moins un poète. C'était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.

    Les larmes de l'assassin - Anne-Laure Bondoux

     Au vu du résumé, je m'attendais à un récit s’apitoyant sur la vie du héros, mais heureusement, ce n'est pas vraiment le cas.

    l'écriture est assez travaillé, toutefois, je n'ai vraiment accroché, et je n'ai pas su m'attacher aux personnages. De plus, j'ai eu l'impression, par moment, que le texte tirait en longueur.

    Je sors donc de ma lecture mitigée, mais je suis certaine que ce livre plaira à d'autres.

    Il en faut pour tous les goûts.


    votre commentaire
  • "Le crime du comte Neville" raconte l'histoire d'une jeune châtelaine mal dans sa peau, qui cherche à se faire assassiner par son père, pour aider ce dernier à réaliser sans dommages la prédiction d'une voyante rencontrée à l'issue d'une fugue qui n'en est pas une...

    Le crime du comte Neville - Amélie Nothomb

     

    Comme toujours avec Amélie Nothomb, on aime, ou on n'aime pas, et comme souvent, j'ai adoré.

    Le livre se lit vraiment très rapidement.

    Ce roman n'est pas juste une histoire rapide, c'est aussi une histoire qui met le doigt sur les travers de l'espère humaine.

    Ce n'est pas mon Nothomb préféré, mais comme à chaque fois, j'ai passé un agréable moment avec un texte piqué d'humour, un brin caustique, et avec quelques dialogues déconcertants.


    votre commentaire
  • Quand le Palais des Expositions de Parisore accueille le Salon Galien d’Automatie, c’est toute la capitale qui vit à l’heure des automates, quitte à chambouler quelques destins au passage.
    Un attentat en plein concours de modélisation met l’inspecteur Balthazar Bouquet sur la piste d’une mystérieuse organisation pro-humaine alors même que sa sœur Adélaïde devient une célébrité dans le monde de l’automatie. Quant à Agathe Lepique, couturière timide et amie de toujours des Bouquet, elle voit sa vie transformée lorsqu’elle est embauchée dans l'atelier d'Edgar Weyland, un ingénieur de génie aussi énigmatique que séduisant. Son projet: créer la femme parfaite pour jouer le premier rôle dans un opéra romantique...
    Des salles de bal étincelantes aux bas-fonds de la ville, Balthazar et Agathe vont découvrir à leurs dépens que l’amour, la vengeance et la haine ne sont pas réservés qu’aux êtres de chair et de sang.

    Eros Automaton par Godefroy

    Encore une pépite ! 

    Ce livre nous enveloppe dans un écrin et nous emmène au fil des pages.

    On rentre directement dans le vif du sujet.

    J'aime beaucoup ce genre de lecture avec des automates comme personnages.

    Ce récit est addictif et prenant.

    L'écriture est fluide et légèrement rapide, ce qui rythme l'histoire en donnant au lecteur l'envie d'avancer.

    Encore une fois, le chat noir a déniché une perle. Décidément, c'est une valeur sûre ce chat! 

    Eros Automaton - Clémence Godefroy  @EdChatNoir


    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes et texte


    votre commentaire
  • Il sera une fois vous invite à rêver demain : de l’humain au surhumain, de notre insignifiante petite planète aux confins de l’univers et au-delà, Southeast Jones vous convie à découvrir ses visions d’avenir au travers de quinze contes étranges, drôles ou inquiétants.
    Ces histoires hors du commun vous fourniront nombre de réflexions sur les futurs possibles imaginés par l’auteur : quelle serait votre réaction si vous appreniez qu’il y a bien une vie après la mort ? Qui est ce Père Noël un peu bizarre que l’on voit le 24 décembre sur Carabistouille IV ? Quelles pourraient être les conséquences de la victoire des mutants contre le genre humain ? Quelles traces garde-t-on quand on a été avalé par un ogre ? Que faire si, pour sauver la Terre, il fallait détruire l’Humanité ?
    S’inspirant du « Golden Age of science-fiction », l’auteur vous ouvre grand les portes de ses univers.

    Il sera une fois - Southeast Jones  @SemaEditions

    Interview de l'auteur

    Ce livre a obtenue le PRIX BOB MORANE 2017

    J'avais déjà découvert la plume de l'auteur, notamment dans les receuils des Artistes Fous1C'est donc avec plaisir que je l'ai retrouvé.

    Ici, il s'agit de différentes nouvelles. 

    Les textes sont humanistes, certains diront pessimistes, mais je ne pense pas. J'aurais tendance à dire qu'ils ne sont que le reflet du monde actuel (en exagéré et en fictionnel, bien entendu) (oui, bon, je sais, je ne suis absolument pas compréhensible dans ce que je dis, j'ai perdu mon cerveau ce soir...).

    Southeast Jones a une manière d'écrire qui nous pousse parfois à réfléchir sur nous-même et surtout sur notre société en nous permettant de nous projeter dans un futur hypothétique et alternatif.

    L'écriture est simple et addictive, les textes courts (nouvelles) font que le livre se lit très rapidement.

    Point bonus : chaque nouvelle est illustrée, ce qui renforce le visuel du récit. 

     

    site des artistes fous


    votre commentaire
  • Une quête au rythme des colts et des winchesters !
    Largo Callahan vit sur le fil, écartelé entre le monde des Apaches et celui des Blancs. Le métis ne connaît qu'une loi, la sienne. Ses passions : les armes, les femmes, et la vengeance, car il a juré d'expédier en enfer les assassins de son père. Avec sa bande de hors-la-loi, il écume l'Ouest, toujours prêt à un mauvais coup, du moment que ça rapporte.
    Jusqu'au jour où une comtesse italienne, aussi belle que mystérieuse, lui propose une mission dangereuse et bien payée.
    Largo, ayant cruellement besoin de dollars, accepte. Mais cette aventure va l'entraîner bien plus loin qu'il n'aurait pu l'imaginer. Sur un territoire où le danger n'a rien d'humain.

    Largo Callahan, partie 1 : Six petites gouttes de sang par Robert (III) 

    rencontre avec l'auteur 

    Pour avoir discuté avec l'auteur, je sais que ce roman est différent de ce qu'il écrit habituellement , mais puisqu'il s'agit de mon premier livre de Michel Robert, je ne pourrai pas comparer.

    J'avais envie de lire du western depuis un petit moment et ma discussion avec l'auteur (à Trolls et Légendes) m'en a donné l'occasion.

    J'ai apprécié cette découverte. L'écriture est agréable à lire, elle est très visuelle, addictive et un minimum rythmée.

    Par contre, pour donner cet effet visuel, il y a beaucoup de descriptions, ce qui pourrait constituer un frein pour certains lecteurs.

    Les personnages sont travaillés, même si le héros principal me semble vraiment trop parfait.

    Avis plus long à la fin de la saga...


    votre commentaire
  • Trois sœurs. Trois destins. Trois vies aussi différentes que les images changeantes d'un kaléidoscope.

    Août 1944 : Solange rencontre à Paris un jeune soldat américain, Sam Walker. C'est le coup de foudre. A la fin de la guerre, elle le rejoint à New York. Mais leur histoire d'amour, qui a commencé comme un conte de fées, se termine tragiquement quatorze ans plus tard alors que Sam Walker, devenu l'un des acteurs les plus fameux de Broadway, est au faîte de la gloire. Leurs trois filles, âgées de huit ans, cinq ans et un an, se retrouvent soudain seules au monde et, placées dans des familles différentes, perdent tout contact. Hilary, l'aînée, qui a gardé le souvenir de son passé, connaîtra une enfance sordide et misérable. Alexandra, la cadette, sera élevée en France dans une riche famille aristocratique, elle épousera un baron français, ignorant tout de sa naissance comme Megan, la benjamine, qui exerce la médecine dans un hôpital du Kentucky. Les trois soeurs n'auraient jamais dû se revoir si, à la veille de mourir, le meilleur ami de leur père, rongé par le remords de son indifférence, n'avait engagé pour les retrouver John Chapman, un détective privé. Pour celui-ci commence alors une enquête mouvementée qui le conduit des taudis de Boston aux montagnes du Kentucky en passant par les milieux aristocratiques de Paris. Hanté par ces trois jeunes femmes, il n'a de cesse qu'elles soient réunies à nouveau. Mais, quand vient le jour des retrouvailles, la vérité éclate et les protagonistes du drame sont soudain confrontés à un terrible secret...

    Résultat de recherche d'images pour "kaleidoscope danielle steel"

    Ce livre ne sera pas mon préféré. 

    J'ai mis énormément de temps pour plonger dans l'histoire. Le début est lent et un peu ennuyeux. Mais une fois ce cap passé, l'histoire a quand même réussi à me captiver, même si la fin est prévisible...

    Je n'en garde pas un souvenir impérissable, mais je pense qu'il pourra plaire aux fans de l'auteur, même si ce n'est pas son meilleur, à mes yeux.


    votre commentaire
  • Artemis Fowl : Adaptation en film (sortie mais 2020)

    Adaptation des romans d'Eoin Colfer.

    Descendant d’une longue lignée de criminels, le jeune et richissime Artemis Fowl (Ferdia Shaw) – 12 ans et déjà doté d’une intelligence hors du commun – s’apprête à livrer un éprouvant combat contre le Peuple des Fées, des créatures puissantes et mystérieuses qui vivent dans un monde souterrain et qui pourraient bien être à l’origine de la disparition de son père 2 ans plus tôt.

    Pour mener sa lutte à bien, il devra faire appel à toute sa force et à son ingéniosité diabolique, quitte à prendre en otage le capitaine Holly Short (Lara McDonnell) - une elfe réputée pour sa bravoure - et l’échanger contre une rançon en or. Pour le nain gaffeur et kleptomane Mulch Diggums (Josh Gad) – qui va tout tenter pour venir en aide à Holly – et la commandante Root (Judi Dench), chef du F.A.R.F.A.DET (Forces Armées de Régulation et Fées Aériennes de DETection, le département de reconnaissance de la police des fées), la partie s’annonce plus que serrée …


    votre commentaire
  • Nom : Fowl.

    Prénom : Artemis.

    Age : 12 ans

    Signes particuliers : une intelligence hors du commun.

    Profession : voleur.

    Recherché pour : enlèvement de fées et demande de rançon.

    Appel à tous les FARfadets, membres des Forces Armées de Régulation du Peuple des fées : cet humain est dangereux et doit être neutralisé par tous les moyens possibles. Un anti-héros pétillant de malice, une galerie de personnages décapants, une histoire au rythme débridé...

    Artemis Fowl, tome 1 - Eoin Colfer

    Trouvé au hasard d'une balade, dans une caisse de livre à donner.

    J'ai découvert une histoire que je ne connaissais pas du tout et que j'ai pourtant apprécié. 

    Un héros de 12 ans, prêt à tout pour obtenir ce qu'il veut, avec un sacré caractère. On suit donc ses aventures dans un roman original où se mélangent les enquêtes et la magie...

    J'ai donc apprécié ce tome 1 et j'aimerais découvrir la suite de la saga.

    Qui sait, je croiserai peut-être un jour le tome 2 au détour d'une promenade ;)


    votre commentaire
  • Dans ses nouvelles, Anna Gavalda met en scène des personnages dans des situations plutôt loufoques ou grotesques. À travers ces 12 textes, retentissent les émotions et les espoirs de chacun des personnages. Cela peut aller d'un orgueil démesuré à un couple qui ne tient plus la route. Ces nouvelles nous révèlent au fond une part de chacun d'entre nous, la faiblesse de l'être humain et en même temps ses espoirs et ses pensées les plus insensées ou les plus profondes. Anna Gavalda a cette faculté de traiter des situations avec légèreté et justesse, alors qu'à première vue ces situations semblent assez dramatiques. Les personnages de ces nouvelles nous attendrissent et nous touchent. On peut facilement s'identifier à eux, et comprendre leurs motivations dans l'existence.

    Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoirs graves. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. 

    • 1.1Petites pratiques germanopratines
    • 1.2I.I.G.
    • 1.3Cet homme et cette femme
    • 1.4The Opel Touch
    • 1.5Ambre
    • 1.6Permission
    • 1.7Le fait du jour
    • 1.8Catgut
    • 1.9Junior
    • 1.10Pendant des années
    • 1.11Clic-clac
    • 1.12Épilogue

      

     

    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part par Gavalda

    12 nouvelles, 12 tranches de vie.

    J'ai retrouvé la douceur de la plume d'Anna Gavalda.

    Elle décrit avec talent le quotidien ordinaire de personnes ordinaires. Tout le monde peut s'identifier à un ou plusieurs personnage(s).

    Anna Gavalda donne vie à ses personnages en les décrivant de manière à ce qu'on ait une impression de miroir qui nous donne à réfléchir (sans vilain jeu de mots ^^).

    Bien sûr, je n'ai pas accroché aux 12 nouvelles, mais mes préférées compensent celles que j'ai moins apprécié. Et de toute façon, il en faut pour tous les goûts.

    Ce livre plein de fraîcheur se lit facilement et rapidement.

    Et un peu de douceur dans ce monte de brut, ça ne peut pas nous faire de mal.


    votre commentaire
  • Que de doutes pour Benjamin en cette rentrée scolaire. Sera-t-il toujours le plus petit de sa classe ? Va-t-il retrouver ses copains ? Et Marie ?

    Ouf ! Il est dans la même classe que l'an dernier... avec Marie. Son soulagement est de courte durée lorsqu'il découvre que son nouveau professeur de français, M. Draque, ressemble à s'y méprendre à un vampire. Benjamin tente d'avertir ses amis. En vain. Tous sont subjugués. Surtout Marie. Qui s'étiole peu à peu. De plus en plus blanche, de plus en plus silencieuse. Draque l'a envoûté, c'est sûr !

    Copie conforme par Molla 

    Lecture jeunesse.

    Une histoire de vampire découverte au hasard d'une boite à livre.

    Un nouveau professeur débarque lors de la rentrée et perturbes les habitudes des élèves. Benjamin se met alors en tête que le nouveau professeur est un .... VAMPIRE.  Il décide de mener l'enquête. C'est donc cette enquête que l'on suit le long de ces 155 pages qui se lisent facilement.

    Je pense que ce livre pourrait peut-être donner envie à quelques jeunes de lire et leur transmettre le goût de la lecture.

     


    votre commentaire
  • Frédéric a surmonté l'épreuve du feu. Il fait maintenant partie de la Meute, la bande de skinheads qui sévit dans le quartier, et s'appellera désormais " Croco ". Croix gammée, violence, drogue... La rage de Frédéric a de quoi s'exprimer. Mais lorsqu'il apprend que sa grand-mère, Pepita, s'est enfuie de l'hôpital pour revoir une dernière fois sa terre natale, Frédéric la rejoint.
    Commence alors pour les deux fugitifs un voyage un peu fou à travers l'Andalousie. Sur les traces de ses origines, Frédéric va de mésaventures en révélations, mais surtout, il rencontre Kenza qu'il déteste autant qu'elle lui ressemble... Le portrait sensible et tout en nuances d'un adolescent à vif qui cherche sa voie. Un premier roman très visuel qui vous embarque, comme un road-movie, de l'ombre vers la lumière.

    Guadalquivir par Servant 

    Lecture jeunesse.

    Et même si j'ai passé l'âge, j'ai passé un moment agréable.

    On plonge dans le quotidien d'un adolescent qui se retrouve embarqué dans une aventure, avec sa grand-mère, en Espagne.

    L'auteur a une plume délicate qui allie violence et douceur pour aborder des sujets sensibles comme le racisme, la drogue, la haine de l'autre en opposition avec la tendresse de Pépita.

    Les descriptions des paysages sont faites pour nous faire voyager au fil des pages.

    Histoire coup de poing pour permettre au héros et au lecteur d'ouvrir les yeux sur la vraies choses de la vie...


    votre commentaire
  • Un vent glacial souffle sur la Plaine. Les loups et autres animaux ont élu domicile dans cet endroit ravagé par la lave et déserté par les hommes. Il y fait si froid, mais? à présent l'été revient et avec lui, les hommes et leurs machines. Alors, les loups repartent au-delà des montagnes, loin du vacarme de la reconstruction.Emma supervise la renaissance du « Champ des Loups », espérant avoir pensé à tout pour que ce nom reprenne ses lettres de noblesse.Pendant ce temps, du haut de la Tour première, le regard de la Mort est pointé sur l'unique survivante.

    Épaulé par Bethany, plus forte que jamais, la Mort ne tolérera plus aucun échec là où tout a commencé.Emma réussira-t-elle son pari, prouvant ainsi à la Mort que, cette fois, il ne s'est pas trompé ?Ayden, grand reporter, sera le témoin inattendu de cette nouvelle étape dans le renouveau du Grand Froid, mais à quel prix ?

    Le Livre des âmes, tome 2 : Le Champ des Loups par Ginestet 

    Tome 1 

     J'ai retrouvé la plume de Sylvie avec bonheur. Quelle joie aussi de retrouver La Mort (oui, cette phrase est étrange, je vous l'accorde), Bethany, Emma et surtout les loups.

    On suit la reconstruction de la plaine où les loups reprennent la place qui est la leur. D'ailleurs, Emma veille à ce qu'on les comprenne et surtout les respecte.

    Les gens reviennent petit à petit (re)vivre au Champ des Loups pour le plus grand plaisir d'Emma (et ce plaisir transparaît dans l'écriture de Sylvie).

    J'avais aimé le tome 1, celui-ci est encore mieux, autant vous dire que j'ai hâte de découvrir le tome 3, qui, j'espère, rejoindra bientôt ma PAL.

    Et je dois préciser que je suis fan de la couverture , en effet, j'aime les yeux et les loups, alors les deux ensemble, forcément, je ne pouvais qu'aimer) 


    votre commentaire
  • Un coup de couteau dans le dos. L'une après l'autre, les victimes tombent. Toujours des enfants.
    Aidés du commissaire Malcavie, l'inspecteur Jury et son fidèle Melrose Plant ne négligent aucune piste. Mais pourquoi Malcavie s'acharne-t-il à penser qu'il existe un lien entre ces assassinats et celui de Rose Mulvanney, commis vingt ans auparavant ? Et pourquoi ce pub désolé, posé en bordure de route, en pleine campagne, est-il devenu son quartier général?

    Dans un pays où les secrets de famille ont l'opacité du brouillard qui s'abat sur la lande, la légendaire complicité de Jury et Plant suffira-t-elle à faire parler les fantômes du passé ?

    Le fantôme de la lande par Grimes

    Pour la petite histoire, ce livre a été trouvé aux pieds d'une bulle à vêtements, sur le parking d'un magasin, dans un tas de déchets. Et je l'ai pris pour le donner une seconde vie, et il a été déposé dans une boite à livre une fois ma lecture terminée.

    C'est le premier livre de Martha Grimes que je lis, c'est donc une découverte. (j'en ai trouvé un second, en même temps, il sera donc lu, lui aussi).

    J'ai apprécié l'ambiance dépeinte avec une bonne dose d'humour noir et d'ironie. L'intrigue est agréable à suivre. Les personnages attachants et/ou détestables sont travaillés et ont leur propre personnalité.

    Même si la fin était un peu en dessous du reste, j'ai bien aimé ce livre que le hasard a mis sur ma route.


    votre commentaire
  • Le commissaire Léon est parti en vacances. Oh pas loin ! Il a loué un bateau, pris son tricot, ses pelotes de laine, ses aiguilles et son chien Babelutte et il navigue au fil de l'eau sur le canal de l'Ourcq. Et voici le premier mort... suivi de bien d'autres. Comme si le criminel s'amusait à suivre le commissaire Léon à la trace et à semer des cadavres sous ses pieds. Et quels cadavres !
    Chacun a le visage proprement découpé au bistouri et arraché. Et puis il y a cette petite fille qui vit dans une cabane avec sa grand-mère ; cette péniche abandonnée remplie d'instruments de torture ; la maison du Diable avec ses chats de pierre... On se croirait dans un conte de fées. Mais un conte de fées noir, noir !

    Le silence des canaux par Monfils

    On y retrouve l'humour de Nadine Monfils pour mon plus grand bonheur.

    Ecriture trash, rapide et efficace. 

    Même si il y a un peu d'horreur dans cette histoire, cela passe sans problème sous la plume de l'auteur.

    Pauvre commissaire, il voit ses vacances bien méritées tourner au cauchemar, et c'en est drôle par moment, tant le récit est truffé de doses d’humour (parfois noir).

    Le défilé des pages se fait à toute vitesse tant l'histoire coule d'elle-même. Plus on les tourne, plus c'est addictif.

    Ce n'est pas mon premier livre de Nadine Monfils, mais ce ne sera pas le dernier.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires