• L’image contient peut-être : texte

    UPDATE : 

    Pocket a annoncé une traduction francçaise en mai 2020

    Pour rappel, le roman est un prequel à la trilogie Hunger Games, et se passera 64 ans avant les aventures de Katniss.

    L'auteure a expliqué qu'elle voulait avec ce livre revenir sur l'état de nature (la situation de l'humanité avant l'émergence de la société), qui nous sommes et ce les exigences qu'on pense être nécessaire à notre survie. La période de reconstruction 10 ans après la guerre, appelée dans l'univers les jours sombres (The Dark Days), après l'échec de la rébellion à Panem, amène un terrain fertile aux personnages pour s'emparer de ces questions et ainsi définir leurs vues sur l'humanité. Cet echec amènera à la création des Hunger Games, et nous suivrons donc le tirage au sort des 10èmes HG.

    source


    votre commentaire
  • Le recueil de poèmes de Christian Nerdal, qui n’a rien de macabre, évoque le souvenir de membres de sa famille décédés : ses grands-parents, son père, son fils et d’autres personnes chères à son cœur.

    La mort chez soi - Christian Nerdal

    Il est bien difficile de chroniquer de la poésie parlant de la perte d'un proche, surtout quand soi-même on en écrit.

    Qui suis-je pour donner un avis sur la souffrance de quelqu'un ?

    J'ai eu l'impression d'y lire la douleur dans chaque mot, un peu comme un écho qui ne me quitte jamais vraiment... Une douleur distillée en douceur à travers l'écriture douce et tendre de l'auteur...

     


    votre commentaire
  • image host image host image host image host image host image host image host


    votre commentaire
  • Au pied des montagnes basques éternelles, dans l'Aquitaine romaine menacée par la peste et les invasions barbares, Beleiza guide son peuple par son dialogue avec les esprits du monde-autre. Malgré la naissance de ses enfants particuliers, les jumeaux du solstice, elle refuse une vie paisible auprès de leur père et choisit de rester parmi ceux-qui-savent, constamment sur les chemins.

    Mais peut-on décider de son destin ? Les secrets les mieux gardés finissent toujours par être dévoilés, avec des conséquences que même celle-qui-sait n'avait pas imaginées... Plus qu’un roman historique, « Celle-qui-sait » est un voyage initiatique envoûtant qui se poursuivra fin 2019 par le second tome de la saga "Les ciels noirs des équinoxes".

    Celle-qui-sait, tome 1: Les ciels noirs des équinoxes - Dorothée Dieuzeide     (Masse critique @Babelio)

    Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et la maison d'édition Paul&Mike pour l'envoi de ce roman.

    J'ai passé un agréable moment lecture avec ce bouquin qui se lit assez vite et vous fait voyager dans le temps.

    Les personnages sont attachants et travaillés, toutefois, je trouve dommage que le forgeron "passe un peu à la trappe". en effet, le récit comme avec lui, et finalement, même si il est indirectement important dans l'histoire et dans la vie des protagonistes, il est peu présent (mais, ça, ça n'engage que moi, bien entendu).

    Autre bémol, le résumé nous parle d'un secret, et la révélation arrive assez tard.

    Mais à part cela, le livre est bien écrit et nous embarque dans un voyage dans une autre époque, et j'ai adoré le côté historique du récit.

    On a envie d'avancer au fil des pages. j'en ai même raccourci ma nuit parce que je voulais absolument connaître la fin avant de poser le livre!

    Et quelle fin ! Elle appelle à merveille sa suite...

    J'espère que le tome 2 sera aussi bien que celui-ci. 

     

     


    votre commentaire
  • Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d'El Idilio les accusent à tort du meurtre d'un chasseur blanc, le vieil homme quitte ses romans d'amour - seule échappatoire à la barbarie des hommes - pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse...

    "Il possédait l'antidote contre le redoutable venin de la vieillesse. Il savait lire. "

    Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepúlveda

    Un petit voyage en Amazonie où un homme a compris que la lecture est un remède à la vieillesse.

    Cet homme nous apprend aussi que la forêt amazonienne n'est pas si terrible quand on sait la respecter...

    Petite fable écologique qui pourrait éveiller des consciences.

    La nature est belle, à nous de la respecter...


    votre commentaire
  • Moly est une petite fille rêveuse ; elle croit voir des créatures surnaturelles, telles que des fées, des elfes ou même des gobelins. Mais sa maman exige d’elle de grandir et d’oublier ce monde imaginaire.

    Avec les années, Moly laisse ce monde féérique de côté, jusqu’au soir de ses 18 ans, où la légendaire lune rouge changera sa vie. Et si ce monde imaginaire existait vraiment ?

    Moly - Sébastien D'Errico

    Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteur pour l'envoi de son livre happy

    Ce livre m'a fait mentir. En effet, j'avais prévenu l'auteur que je lisais vraiment trèèèèès lentement en numérique... Et pourtant ici, en 3 jours, j'avais fini.

    Il faut dire quand on parle de créatures magiques, je fonds facilement, mais là c'est amené de manière différente que ce qu'on voit souvent... Pas de baguette magique, pas de potions... Beaucoup de douceur, même dans les passages "violents" (c'est un grand mot, je vous l'accorde)

    Pauvre Moly, elle n'est vraiment pas gatée par la vie.

    D'emblée, j'ai détesté Madeleine ! Quelle garce !

    L'écriture est addictive, fluide, simple. on avance avec envie (la preuve, j'ai lu vite en numérique ^^).

    La fin donne envie de lire la suite de la saga... surtout que je me demande ce que deviennent Madeleine et surtout Sophie ! 

    On frôle le coup de coeur <3 


    votre commentaire
  • Sur la planète Mars, en 2541. Quatre adolescents vivent dans un Eden mystérieux, mi-paradis mi-prison, avec pour seule compagne une étrange gouvernante.

    Ils mènent une existence sans heurt jusqu'au jour où ils décident de quitter ce cocon pour explorer le monde. Sur leur chemin : un lac noir, une pyramide maya, des ogres mais aussi un agent du Comité d'Ethique Mondial et un savant fou à qui ils doivent la vie.

    Pour les quatre héros, l'aventure se transforme peu à peu en parcours initiatique et en quête des origines. De cette épreuve, ils ne sortiront pas indemnes...

    Entre fantastique et science-fiction, ce roman fascinant, récompensé par de nombreux prix, s'interroge sur le progrès scientifique et redessine les contours de l'humain.

    Projet oXatan - Fabrice Colin

    Je ne connaissais pas du tout. Je l'ai découvert, par hasard, dans la caisse qu'un membre de ma famille m'avait donné pour que je dépose les livres qu'il ne voulait plus dans la boite à livre de ma rue. Mais j'ai poussé la curiosité plus loin, et j'ai décidé de les lire avant. 

    Il s'agit, ici, d'une lecture jeunesse.

    C'est un roman court (moins de 200 pages). J'aurais adoré lire ça comme lecture imposée à l'école, mais bon....

    L'histoire est racontée comme un récit de vie, sous forme de journal (en "je"), ce qui nous plonge totalement dans le texte.

    Le livre se lit rapidement et j'avoue avoir été surprise par la fin, en effet, j'avais l'impression qu'elle allait couler de source, et en fait c'était sans compter sur les rebondissements.

    Bref, lisez jeunesse, lisez ! 


    votre commentaire
  • « L’art est un mensonge qui dit la vérité… »
    Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
    Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
    À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
    L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
    Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.
    Guillaume Musso signe un thriller addictif et envoûtant porté par des personnages profondément humains. Une plongée vertigineuse dans le monde mystérieux de la création.

    Un appartement à Paris - Guillaume Musso (@Guillaume_Musso)

     J'ai été ravie de retrouver Madeline Greene (croisée dans L'appel de l'ange).

    J'aime beaucoup des petits clins d’œil d'un livre à l'autre.

    J'ai apprécié ma lecture. Une histoire où deux personnes, que tout oppose, se retrouvent obligées de collaborer dans une enquête un peu "capilotractée".

    500 pages pour une enquête de 5 jours... autant dire que le rythme est soutenu mais bien heureusement, il est assez fluide ce qui rend la lecture facile et agréable.

    Mon préféré de Guillaume Musso reste La fille de papier, mais j'ai passé un agréable moment lecture avec ce livre.


    votre commentaire
  • Un campus prestigieux figé sous la neige
    Trois amis liés par un secret tragique
    Une jeune fille emportée par la nuit

    Côte d’Azur - Hiver 1992


    Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
    Personne ne la reverra jamais.

    Côte d’Azur - Printemps 2017


    Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

    La Jeune fille et la nuit par Musso

    je l'ai lu assez rapidement, sans m'ennuyer.

    Le suspens est présent. Les personnages sont par moment surprenants, donnant une nouvelle tournure à l'enquête.

    Evidemment, il faut aimer le style de l'auteur, mais ce livre est un bon thriller qui nous permets de passer un agréable moment lecture. 


    votre commentaire
  • Le printemps est la saison des révolutions : et si, cette année, nous assistions au printemps des seniors ? Car, comme le fait remarquer Georges : « Mai 68, c'était déjà nous ! »Les Lilas Blancs, une maison de retraite. C'est là qu'Alain, Béatrice, Bernadette et Georges se rencontrent, et commencent véritablement leur vie. A 70 ans.Neutraliser un jeune délinquant dans les rues de Mons, inviter la reine Mathilde à signer une pétition à vocation humanitaire, entreprendre un raid clandestin pour sauver un site naturel, emmener des SDF dans un restaurant étoilé, enregistrer une chanson qui deviendra un tube mondial, démonter une émission télévisée truquée, organiser un mariage gay dans le parc de la résidence, ?nos quatre héros n'ont plus une minute à perdre !

    Il est bien fini, le temps où l'on infantilisait « les vieux » pour mieux les soumettre.

    Gilles Horiac jette dans ce roman un regard drôle, tendre et optimiste sur la nouvelle génération des seniors.

    Il n'y a plus de vieillesse ! par Horiac

    J'ai adoré ce roman ! 

    J'ai mis deux siécles pour rédiger mon article, et c'est regrettable, j'aurais pu vous le faire décovurir plus tôt ! #VilaineBlogueuse !

    Ce livre plein d'optimise et d'humour aborde également des sujets actuels (mariage gay par exemple) avec douceur et bienveillance...

    Le petit plus que j'ai apprécié c'est que l'histoire se déroulle dans ma ville (Mons).

    Bref, si vous voulez passer du temps avec un livre agréable, sans prise de tête, je ne peux que vous le conseiller. 


    votre commentaire
  • Rançon du succès ?
    Revers de la médaille ?

    Autant d'expressions convenues pour justifier la traque des stars, les photos volées, les téléphones écoutés, les enfants suivis, les familles meurtries.
    Comme d'autres, j'ai longtemps cru que le silence constituait la meilleure expression de mon mépris. J'ai donc laissé aux journaux à scandale l'exclusivité de la version d'événements qui ont fini par faire douter les mieux disposés. Une légende tenace veut en effet qu'il y ait complaisance ou, pire encore, complicité de la part des victimes des paparazzi. En publiant cette Lettre ouverte, j'offre un nouvel os à ronger aux fauves qui, depuis cinq ans, me gâchent la vie et, plus grave, celle de ma famille.
    La vengeance de ces empires de presse est implacable. Je le sais d'expérience. Mais il était grand temps de dénoncer ce qui est, hélas, devenu un phénomène de société. "

    Lettre ouverte aux violeurs de vie privée par Poivre d'Arvor

    Nous connaissons tous les clichés à sensations dans les magazines, on découvre ici l'envers du décors.

    La traque du prédateur face à sa proie.

    PPDA dénonce cet acharnement, ce manque de respect dont font preuves certains paparazzi.

    Le souci, c'est qu'ils continueront tant qu'il y aura quelqu'un qui paiera pour avoir ces images, et d'autres pour les voir..

    Ce livre confirme ce que je dis depuis toujours, ce n'est pas parce qu'une personne est connue qu'elle nous appartient...

    Si on a droit à notre vie privée, elle aussi.

     

    Lien vers mon article sur un autre livre de Patrick Poivre d'Arvor : Les enfants de l'aube


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  • À mi-chemin entre Jojo Moyes et Bridget Jones, un feel good book tout en émotions ! Scott a le cœur fragile, ses derniers examens ne sont pas bons. Mourir à 19 ans, le jeune homme s’y prépare, mais pas avant d’avoir trouvé un compagnon pour sa mère. En guise de petite annonce, il poste une vidéo sur les réseaux sociaux. Il espérait quelques réponses, ce sont plusieurs centaines de messages qu’il reçoit. Josie acceptera-t-elle de suivre dans cette ultime folle aventure.

    S'il fallait se dire adieu par Reiss

    Un magnifique roman!

    L'amour entre une mère et son fils.

    Je n'ai même pas envie de chroniquer ce livre, j'ai simplement envie de vous dire de le lire, de découvrir cette ode à l'amour... 

    S'il fallait se dire adieu - Madeleine Reiss


    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : 1 personne, texte

     

    « Marqué par le drame qu’a causé la révélation de sa nature, Kalden choisit de s’effacer de la vie de Shanell, et cherche un moyen pour contrôler sa malédiction. Avec cet objectif, et habité d’un puissant désir de vengeance à l’encontre de l’Ordre des Chevaliers-Dragons, il rejoint la capitale des Métaberserks. De son côté, meurtrie par la perte de l’homme qu’elle aime, mais soutenue par le prince de Côme, la jeune femme poursuit son voyage vers Berness, afin d’informer l’empereur du complot qui menace son fils, consciente que le Commodore et ses sbires sont prêts à tout pour l’en empêcher. Englués dans les exigences du protocole impérial, confrontés au dévoilement de leurs origines, en butte aux agissements retors et meurtriers de leurs ennemis, Kalden et Shanell vont tenter de sauver l’Empire coûte que coûte. De découvertes en sacrifices, et de batailles rangées en duels, les chances pour les deux amants d’un avenir ensemble semblent s’amenuiser, jusqu’à disparaître, à moins que leur nature maudite ne soit finalement la clef de la salvation… »


    votre commentaire
  • L'homme et la femme Poloverdo avaient un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c'est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d'être rabattues par les rafales de vent, et s'appelait Paolo. Paolo Poloverdo.

    C'est lui qui vit venir l'homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de janvier. Cette fois-là, ce n'était ni un géologue, ni un marchand de voyages, et encore moins un poète. C'était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.

    Les larmes de l'assassin - Anne-Laure Bondoux

     Au vu du résumé, je m'attendais à un récit s’apitoyant sur la vie du héros, mais heureusement, ce n'est pas vraiment le cas.

    l'écriture est assez travaillé, toutefois, je n'ai vraiment accroché, et je n'ai pas su m'attacher aux personnages. De plus, j'ai eu l'impression, par moment, que le texte tirait en longueur.

    Je sors donc de ma lecture mitigée, mais je suis certaine que ce livre plaira à d'autres.

    Il en faut pour tous les goûts.


    votre commentaire