• #MonsLivre2018 : rencontre avec Steve " Serpent " Fabry

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ?

    La musique et l'envie de passer un message, sous forme de chanson.

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Steve " Serpent " Fabry

    Comment qualifier votre écriture ?

    Musicale et rythmée.

    Parmi vos personnages, qui préférez-vous?

    Le chien de l'enfer. Il est très présent au début de l'histoire, mais moins vers la fin. Il manque, non pas à l'histoire, mais, à son auteur.

    Quel a été l'accueil du public ?

    Bon accueil, c'est surprenant. A la base je suis musicien avant d'être auteur. J'ai plus d'aisance à parler de musique que de livre, mais cela m'a permis de me voir comme un auteur.

    J'essaie d'émanciper mes personnages. 

    Un mot sur le salon ? 

    Amazing !

     Chouette ambiance et c'est toujours un plaisir de revoir certaines personnes 

     

    Page auteur

    Page musicien

     


    votre commentaire
  • #MonsLivre2018 : Laetitia Militello

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ? 

    Je suis une grande lectrice de fantastique, à force, beaucoup d'idées me sont venues et je me suis lancée dans l'écriture.

    #MonsLivre2018 : Laetitia Militello

    Comment qualifiez-vous votre écriture?

    Au début, c'était assez enfantin, mais je me suis améliorée et perfectionnée au fil du temps. On retrouve aussi beaucoup d'humour dans mes dialogues. 

    C'est un langage adolescent.

    Parmi vos personnages, lequel préférez-vous?

    L'héroïne de la trilogie Coeur de sorcière. Ella est au départ faible mais elle devient de plus en plus forte face aux attaques du mal.  

    #MonsLivre2018 : Laetitia Militello

    Quel a été l'accueil du public ?

    Il a été très réceptif, et les gens accrochent assez vite. Je suis étonnée et agréablement surprise face au succès. Mes livres séduisent autant les hommes que les femmes.

    Un petit mot sur le salon ?

    C'est la deuxième fois que je participe à ce salon. Les organisateurs sont toujours à l'écoute et respectueux des demandes.

     

    Page de l'auteur


    votre commentaire
  • #MonsLivre2018 : rencontre avec Frédérique de Lignières.

     

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ?

    J'écris depuis que j'ai 7 ans. A l'école on devait apprendre des sonnet de Théophile Gautier, on a fait l'analyse de la poésie, et j'ai écrit un poème. 
    Très longtemps j'ai pensé que la poésie ne comportait que des sonnets, ensuite j'ai découvert Musset.

    Par la suite, j'ai rédigé des nouvelles.

    J'ai aussi écrit un roman pour mes filles qui ne lisaient que de la fantasy. Dans ce livre, il y avait 2 héroïnes, j'écrivais le soir, motivée par mes filles qui voulaient savoir la suite de l'histoire.

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Frédérique de Lignières.

    Ce sont elles qui m'ont poussé vers l'édition et je me suis finalement tournée vers l'auto-édition. Et le livre est sorti depuis 1 an.

    Entre temps, j'ai aussi écrit des nouvelles sur des faits historiques, réels, se déroulant dans la forêt d'Orléans. (aux éditions de L'écluse) 

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Frédérique de Lignières.

    Parmi tous vos personnages, qui préférez-vous?

    Iris, la guérisseuse dans L'alliance

    Elle aura droit à son spin-off  "L'exil des licornes"  qui sortira en 2019

    Et l'accueil du public?

    Chaleureux et retour positif. 

     Site de l'auteur : ici

    Chaine YT : 


    votre commentaire
  •  #MonsLivre2018 : rencontre avec Anne Libotte

     

     Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire un livre dont la mise en page est adaptée aux enfants dyslexiques? 

    A force de côtoyer les élèves, j'ai remarqué qu'il n'existait pas grand chose d'adapté pour eux. Ensuite, je voulais un petit quelque chose en plus dans mon livre et qu'il soit beau afin que les enfants aient envie de le lire, malgré leur problème.

    J'ai donc adapté la mise en page. Chaque syllabe est en couleur, les lettres muettes sont en gris. Chaque personnage a sa propre couleur. Le livre est séparé du haut en bas (du ciel vers la Terre); les illustrations sont, uniquement, sur la page de droite et ne sont pas mélangées au texte, cela permet de leur montrer qu'on lit de gauche à droite, et de haut en bas. 

    Il ya ausi une réglette fournie avec le livre, elle permet de suivre la lecture ligne par ligne.

    Bien entendu, il existe d'autres méthodes, mais on a essayé d'atteindre un maximum de personne en choisissant celle qui était adaptée à la majorité des personnes dyslexiques.

     #MonsLivre2018 : rencontre avec Anne Libotte

    Et concernant les illustration ?

    Elles sont réalisées par Sarah Vanhoeck, une jeune illustratrice, j'espère faire découvrir son talent.

    Et le public, comment a-t-il réagit ?

    Les retours sont positifs, les enfants l'ont bien accepté. 

    La thématique semble leur parler.

     #MonsLivre2018 : rencontre avec Anne Libotte

    Qu'elle est donc cette thématique? 

    J'essaie de mettre en garde les jeunes  face aux inconnus. 

    J'ai toujours des thématiques fortes, par exemple, dans Les petites Parisiennes, j'aborde la traite des blanches au travers de l'histoire d'une jeune fille qui devait aller rejoindre ses cousins, mais qui n'arrive jamais...

     

    Page auteure

     


    votre commentaire
  • #MonsLivre2018 : rencontre avec Lorenzo Morello

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire? 

    Je lis depuis longtemps. Et après la lecture du livre " Les Chroniques d'un oiseau à ressort " (ndlr : de Haruki Marakami ) j'ai eu envie d'écrire quelque chose 'comme ça'. 

    J'ai écrit deux autres manuscrit avant, mais le troisième écrit est en fait le premier publié.

    Comment qualifiez-vous votre style d'écriture?

    Il est tendre, juste, avec de l'humour. Axé sur les relations entre les gens, les amitiés très fortes. J'essaie de décrire les rapport entre les gens, la vie et ce qu'ils en font.

    Parmi vos personnages, lequel préférez-vous?

    Le fils! C'est un personnage important, il a 3 ans au début du livre et 18 à la fin...

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Lorenzo Morello

    Quel a été l'accueil du public?

    Très positif, c'est encourageant. Ce que le gens ressentent correspond vraiment à ce que je voulais exprimer au travers du livre.

    Un mot sur le salon ? 

    Très chaleureux !

     

    Lien vers la page du livre sur le site de la ME


    votre commentaire
  • #Monslivre2018 : rencontre avec Maddy Kalo

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire? 

    J'ai toujours eu beaucoup d'aisance pour écrire. Suite au décès de ma meilleure amie, j'avais beaucoup de choses à raconter. J'ai voulu faire un premier roman et être engagée sans tomber dans la biographie.

    Le second suit l'enquête d'un père et sa fille, je l'ai fait lire, il a été aimé, donc j'en ai fait d'autres...

    #Monslivre2018 : rencontre avec Maddy Kalo

    Comment qualifierez-vous votre style d'écriture ? 

    Il a changé, au début il était assez brut, mais au fil du temps, il va vers le plus poétique. 

    J'ai enfin trouvé mon style et je vais continuer d'aller dans ce sens.

    Pour le 3éme, j'étais dans un double style entre l'essai et le roman et j'ai fini par repartir vers le roman.

    #Monslivre2018 : rencontre avec Maddy Kalo

    Quel est votre personnage favori, parmi toutes vos créations? 

    Margot. J'en ai fait un caractère qui évolue au fil du temps. Elle est née en 1914 dans une famille bourgeoise.

    Comment le public a-t-il accueilli vos livres?

    Je ne fais pas beaucoup de salon, mais les échos sont toujours positifs, ça pousse à continuer. Ce n'est pas de la grande littérature mais souvent mes histoires sont passionnantes.

    Un mot sur le salon ?

    Il est chouette, mais trop anonyme, je préfère les petits salons.

     

     

    site de MAddy


    votre commentaire
  • #MonsLivre2018 : rencontre avec Chris Simon

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire? 

    J'écrivais des nouvelles pour des revues, ainsi que des scénarios, j'ai eu envie d'écrire d'avantage. En 2009, Kindle a fait son apparition, et j'ai donc écrit pour le numérique. D'abord une nouvelle, sur Kindle qui a eu un bon succès, il s'agit de Lacan et la boite de mouchoirs, chaque mois, je sortais une nouvelle. Ensuite, j'en ai fait un recueil saison par saison, et maintenant, les trois saisons sont regroupées en un seul livres. C'est une façon de passer du récit court au long. 

    En 2016, j'ai reçu le prix Amazon, pour Memorial Tour.

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Chris Simon

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture?

    Vif et foisonnant, avec beaucoup d'humour.

    Parmi tous vos personnages, lequel sort du lot, selon vous?

    Courtney Birden.
    Je l'aime beaucoup, elle apparaît dans ma série policière. Elle est très décalée, avec sa propre vision du monde ce qui la rend fragile et drôle. Elle a aussi de drôles de manie, comme ramasser tout ce qu'elle trouve en rue, par exemple.

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Chris Simon

    Quel a été l'accueil du public ?

    Mes lecteurs sont fidèles.

    En 2013, la saison 1 de Lacan et la boite de mouchoirs s'est retrouvé dans le top 20 des ventes sur Amazon.

    D'après les retours, mes personnages plaisent beaucoup et les lecteurs apprécie la légèreté de mes textes malgré la gravité des thèmes  abordés.

    Un petit mot sur le salon ? 

    J'ai adoré. La ville est super et le salon est plaisant. 

    Site de Chris Simon


    votre commentaire
  • #MonsLivre2018 : rencontre avec Manuel Bénétreau

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ?

    Le goût de raconter des histoires et de parler de ce qui passionne, d'où l'idée d'écrire un roman.

    Parlez-nous un peu de vos livres ?

    Alors, pour Boston Family, il s'agit d'une trilogie. On découvre l'histoire d'une famille à travers l'histoire des Etats-Unis. C'est une saga familiale.

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Manuel Bénétreau

    Pour Alron Gems, on suit l'histoire d'un chasseur de pierres précieuses qui rencontre une gemmologue et sa drôle d'équipe. Ils ne sont pas prés de laisser partir les pierres dans n'importe quelle main. Le tome 2 sortira en mars 2019.

    Et quels ont été les retours du public face à vos livres?

    Retour très positif, avec des commentaires assez tendres, et les lecteurs sont fidèles. C'est toujours plaisant de voir que ce qu'on écrit est apprécié.

    #MonsLivre2018 : rencontre avec Manuel Bénétreau

    Parmi tous vos personnages, lequel préférez-vous? 

    Suzan, la grand-mère dans le tome 3 de  Boston Family. Elle a été la plus envahissante, j'ai pris beaucoup de temps pour elle. 

    J'ai toujours eu plus facile de décrire un homme qu'une femme. Je prends toujours plus de temps pour développer un personnage féminin, contrairement à un personnage masculin. 

    J'avais envie de présenter une femme faible en apparence mais qui, en réalité, se montre très forte.

    Un petit mot sur le salon? 

    Il est très simple, ce qui facilite le contact avec le public, on échange, on discute avec les gens, et je constate qu'après un salon, les ventes des exemplaires numériques ont tendance à augmenter.

     

    Site de l'auteur

    Page FB 


    votre commentaire
  • #MonsLivre2018 : rencontre avec Rose P. Katell

     

     Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ?

    Je suis tombée dans l'imaginaire depuis longtemps, avec Harry Potter, par exemple.

    J'ai toujours voulu inventer des histoires, et comme j'avais un horaire avec beaucoup d'heures de fourches, je les ai mises à profit pour écrire.

    Aucun texte alternatif disponible.

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ?

    C'est toujours dans l'imaginaire. J'essaie d'écrire des contes à l'ancienne, mais avec une touche de modernité. 

    Parmi tous les personnages que vous avez créés, si un seul devait sortir du lot, lequel choisiriez-vous?

    Victoriana, mais elle apparaît dans un livre qui n'est pas encore publié. 

    Au départ, c'est un personnage très égoïste, ça change de ce que j'écris d'habitude. 

    Quel a été l'accueil du public face a vos livres? 

    Je suis très étonnée, malgré l'auto-édition, l'accueil a été très positif et j'en ai de bons retours, je suis contente et ça m'encourage à continuer.

    L’image contient peut-être : texte

    Un petit mot sur le salon ?

    Bonne ambiance, bon accueil et le contact avec les autres auteurs amènent à de bonnes discussions. 

     

    Page FB de Rose P. Katell 

    Son site internet

    Vous pourrez la retrouver, le 9 décembre, au marché de Noël de Stembert


    votre commentaire
  • Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ?

    Une semaine d’hospitalisation, une péritonite, des intestins perforés et une survie quasi-miraculeuse.

    Sans exagération aucune, je puis affirmer que l’écriture est chez moi un besoin viscéral.

    J'ai pris conscience alors que mon temps était compté, que j’avais tout intérêt à écrire, vite, vite, vite, avant que la Faucheuse ne m’inscrive dans son grand livre.

     

    Rencontre avec Anthelme Hauchecorne

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ?

    Structural pathologique à tendance névropathe.

    Je ressens le besoin de tout planifier : mes intrigues, mes chapitres, mes personnages, mes répliques et mes pauses-café.

     

    Vous reversez une partie de vos droits d'auteur à des associations, pourquoi ?

    Parce que je ne sais plus quoi faire des tonnes d’or que me rapporte le métier d’auteur

    Tout cet argent dans mes poches, c’est totalement indécent.

    J’ai bien conscience, en tant qu’écrivain, d’appartenir à une caste de nantis et de privilégiés.

    Alors, pour me donner bonne conscience et minorer mon Impôt Sur la Fortune, je joue les gentils mécènes au profit de causes humanitaires : combattre la pauvreté, défendre notre planète, préparer des lendemains qui chantent et un monde en joie.

    Parce que j’ai le cœur d’un bisounours, l’âme d’une licorne et des paillettes plein les mirettes.

     

    Rencontre avec Anthelme Hauchecorne

    Parmi tous vos personnages, lequel préférez-vous ?

    Alberich, le nabot bavard du Carnaval Aux Corbeaux.

    C’est une abjecte raclure comme je les affectionne : onctueuse en apparence et duraille en dedans.

    Un petit bout d’homme avec une grande gueule, qui vous débite des méchancetés à une cadence de sulfateuse.

     

    Quel argument mettriez-vous en avant pour convaincre quelqu'un de vous lire ?

    Ne lisez pas mes livres, c’est une perte de temps.

    Avec un peu de chance, quelqu’un finira bien par en tirer une BD avec des dessins ou mieux, un film avec de vrais acteurs.

    Et si d’ici quelques mois vous ne voyez poindre ni BD ni film avec mon blaze en gros sur l’affiche, vous tiendrez alors la preuve définitive que mes écrits ne valaient rien. Parce que comme chacun sait, les bons livres finissent TOUJOURS par être adaptés au cinéma. Le reste, c’est de la crotte.

    Ou faites comme moi : demandez à vos amis d’acheter mes livres pour mieux les leur piquer.

     

    Rencontre avec Anthelme Hauchecorne

    Côté lecture, que lisez-vous ?

    L’heure, le programme télé et la carte des desserts.
    Quand ma cervelle crie famine, j’essaie de la nourrir avec de la bonne mangeaille. En ce début 2018, j’ai (re)découvert avec plaisir les plumes de Christelle Dabos, Nathalie Dau, Stefan Platteau et Ursula K. Le Guin.

     

    Si j'avais une baguette magique, et le pouvoir de faire apparaitre un auteur, là tout de suite, qui aimeriez-vous rencontrer ?

    Yal Ayerdhal, pour lui dire combien il nous manqu


    votre commentaire
  •  

    #monsLivre2017 : rencontre avec Philippe Dumont

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ? 

    Toute ma jeunesse a été orientée vers la lecture fantastique, Marvel, etc. J'ai toujours refusé la banalité du quotidien.

    En 2001 est sorti mon livre "La danse du Fou" 

    Je me suis spécialisé dans le fantastique. En 2012 j'ai été membre du jury du BIFFF (festival international du film fantastique de Bruxelles). et membre du jury, pour les scénarii en 2015. 

    Je prépare également deux romans mêlant fantastique et horreur. 

    A côté de ça, j'ai une formation en psychopolémologie, et je fais de la sculpture, j'ai réalisé de nombreux trophées pour différentes remises de prix.

    Aucun texte alternatif disponible.crédit photo : P. Dumont

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ? 

    Du réalisme fantastique, comme dans la sculpture. Tout est vrai dans mes descriptions. C'est un style fluide et imagé.

    Et côté lecture, que lisez-vous? 

    Je lis beaucoup de polars des années 50, mais je suis aussi très littéraire, j'aime beaucoup Robert Merle.

    Résultat de recherche d'images pour "pour quelques grammes d'éternité"

    Et si j'avais une baguette magique et le pouvoir de faire apparaître un écrivain, là, tout de suite, qui aimeriez-vous voir apparaître ? 

    Jean Cocteau. Ou Guitry, pour son humour

    Un mot sur le salon?

    Le public s'intéresse, pose des questions sur les livres, et l'accueil est chaleureux.

     

    Page facebook (Pour la sculpture)

    Page facebook (pour l'écriture)


    votre commentaire
  • #MonsLivre2017 : rencontre avec Jean-Pol Somain

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ? 

    Ma belle-mère. 

    Ah ? 

    Je suis athée, mais elle, elle est extrêmement croyante, alors j'ai voulu étudier les évangiles, afin de les comprendre, idem avec l'Ancien Testament.

    Et ça vous a conduit à l'écriture ?

    Oui, mon premier livre comporte des textes avec une racine historique très forte, ce qui m'a conduit aux Sumériens. 

    Résultat de recherche d'images pour "jean pol samain"

    Par la suite, j'ai décidé d'écrire un roman avec  une petite partie sur Hérode le Grand
    Il y a aussi un personnage mystérieux dont je préfère taire le nom pour ne pas dévoiler trop vite l'histoire. 

    Résultat de recherche d'images pour "jean pol samain"

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ?

    Elle est douce.

    Parmi vos personnages, lequel préférez-vous?

    Celui dont je ne veux pas donner le nom

    Côté lecture, que lisez-vous?

    Des BD, de la science fiction, des revues scientifiques et aussi des romans avec un fond historique.

    Si j'avais le pouvoir de faire apparaître un auteur, là tout de suite, qui aimeriez-vous rencontrer? 

    Bernard Werber.

    Un petit mot sur le salon ? 

    Trés agréable, il y a beaucoup de monde, et ce salon permet de rencontrer des petits auteurs.


    votre commentaire
  • #MonsLivre2017 : rencontre avec Thierry Delvaux @Editionspdl

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ? 

    J'ai toujours été passionné par les arts, et j'ai toujours écrit ue ce soit des poémes, des contes et puis des romans. Le premier roman était un défit car ça paraissait difficile, et finalement, j'en suis à mon troisième. 

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ? 

    Mon style évolue au fur et à mesure, je n'ai pas de canevas précis. Je ne cherche pas à perdre le lecteur dans différents styles. J'essaie d'être simple, fluide et addictif.

    Parmi vos personnages, quel est celui que vous préférez ? 

    Kiara. (de mon premier roman)

    Il s'agit d'une jeune femme de 22 ans, assassinée en Italie en 1947. Le récit est basée sur un fait réel (la mort d'Elvira). L'histoire se déroule sur fond de fascisme, après la seconde guerre mondiale. 
    D'ailleurs, ce roman est en cours de réécriture.

    Des projets ? 

    Une histoire se passant en novembre 1918.

    L'orphelin de Coimbra

    Et côté lecture, que lisez-vous ? 

    Je lis de tout, des thrillers, de la poésie, j'aime aussi les histoires à suspens, comme celles de Peter James. 

    Cependant j'essaie de ne pas me laisser influencer par l'écriture des autres, je tiens à garder ma personnalité.

    Si j'avais une baguette magique et le pouvoir de faire apparaître un écrivain, là tout de suite, qui aimeriez-vous voir ? 

    Arthur Conan Doyle, Maurice Leblanc ou Jean Ray.

    Un petit mot sur le salon ?

    L'ambiance est bonne, il y a beaucoup de visiteurs, et le public est réceptif.


    votre commentaire
  • #MonsLivre2017 : rencontre avec Valérie Gosse

     

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ? 

    Je m'ennuyais en internat, alors  j'ai écrit pour tuer le temps, d'abord des poèmes et ensuite des romans.

    Comment qualifieriez-vous votre style d'écriture ? 

    Simple et fluide. C'est le parlé de tous les jours.

    Résultat de recherche d'images pour "valérie gosse"

    Parmi tous vos personnages, lequel préférez-vous?

    Louka, le personnage principal de "Si je deviens grand, je te tuerai".

    Côté lecture, quel genre lisez-vous ? 

    Boris Vian (J'irai cracher sur vos tombes)
    Victor Hugo

    Si j'avais le pouvoir de faire apparaître un auteur, là, maintenant, qui aimeriez-vous rencontrer ? 

    Victor Hugo.

    Un petit mot sur le salon ?

    J'avais peur qu'on soit entassé, mais finalement, c'est bien espacé et aéré.

     


    votre commentaire
  • #Monslivre2017 : rencontre avec Florian Mastroseria

    Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire ?

    J'ai commencé un jour, et je ne me suis plus jamais arrêté. J'ai surtout écrit ce que j'avais envie de lire.

    Comment qualifies-tu ton style d'écriture? Et à qui s'adresse ton livre ? 

    L'écriture est simple et facile à suivre. Je l'ai écrit à 13 ans
    Le tome 1 s'adresse à un public entre adolescent et adulte, quand au tome 2, il est plus dirigé vers un public adulte

    Résultat de recherche d'images pour "florian mastroserio"

    Et côté lecture, que préfères-tu ?

    Les polars, j'aime beaucoup Agatha Christie et Harlan Coben.

    Si je pouvais faire apparaître un écrivain, là, tout de suite, qui aimerais-tu vois ? 

    Agatha Christie ou J.K. Rowling.

    L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

    Un petit mot sur le salon ? 

    Il est chaleureux, les gens sont attachants, on reviendra sûrement.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique